• Jean-Marc Zulesi

AU TRAVAIL POUR VOTRE POUVOIR D'ACHAT


 

Au cours du mois de juillet, l'Assemblée nationale a travaillé sur deux textes pour soutenir les Français face à l'inflation, le projet de loi portant mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat et le projet de loi de finances rectificatives.


Avec ce « pack législatif » pour le pouvoir d’achat, nous engageons 20 milliards d'euros pour vous soutenir face à la hausse du coût de la vie.


Conformément à ce que j’ai porté pendant la campagne, j’ai défendu des mesures pour que le soutien au pouvoir d’achat se traduise par la valorisation du travail : le travail doit mieux payer !


Ainsi, nous avons voté l’élargissement de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat, dite « prime Macron » : les employeurs pourront verser une prime exceptionnelle d’un montant maximal de 3 000 euros (ou 6 000 euros, en cas d’accord d’intéressement), exonérée d’impôt sur le revenu et de cotisations et contributions sociales. De plus, nous avons voté la revalorisation de la prime d'activité à hauteur de 4%.


Nous accompagnons également les retraités avec la revalorisation de 4% des retraites qui prendra effet dès le mois de juillet de façon rétroactive, sans attendre la date de revalorisation annuelle automatique.


Pour soutenir les Français en situation de handicap, nous avons voté la déconjugalisation de l’allocation adulte handicapé : les revenus du conjoint ne seront donc plus pris en compte pour le calcul de cette prestation, toutes les personnes en situation de handicap pourront donc la toucher ! C’est une promesse de campagne que je suis fier d’avoir tenu.


Nous avons également acté le plafonnement de la hausse des loyers à 3,5% et adopté un amendement pour faciliter la résiliation en ligne de contrats souscrits par les consommateurs, un sujet essentiel pour simplifier vos démarches et dont vous aviez pu me faire part régulièrement au cours de la campagne.


Nous avons ensuite travaillé sur la deuxième partie de ce pack « pouvoir d’achat » avec l’examen du projet de loi de finances rectificatives, qui permet notamment :

  • De revaloriser le point d’indice de la fonction publique ;

  • Mettre en place un chèque alimentaire de 100 € pour aider près de 15 millions de personnes ;

  • Supprimer la redevance audiovisuelle ;

  • Prolonger le bouclier tarifaire sur le gaz jusqu’au 31 décembre 2022.

 

Dans le cadre de ce projet de loi de finances rectificatives, j’ai défendu deux amendements pour une mobilité plus propre et accessible à tous. Ils ont été adoptés par mes collègues.

Le premier amendement permet de relever le plafond de cumul du Forfait Mobilités Durables (FMD) avec les abonnements transports de 600 euros à 800 euros tandis que le second rend possible le cumul des indemnités kilométriques avec celles du covoiturage.


Parce que l’urgence climatique n’attend pas, nous devons porter une politique extrêmement ambitieuse pour sortir des énergies fossiles, accompagner nos concitoyens dans le changement de leur mode de vie et promouvoir largement la pratique du covoiturage ainsi que celle des mobilités actives comme le vélo, qui sont bonnes pour la santé, pour l’environnement et pour le pouvoir d’achat des Français !

« Ainsi, je continue à m'engager pour protéger les Français face à l'inflation et pour une transition écologique pragmatique et ambitieuse qui accompagne nos concitoyens dans leur nécessaire transition vers un mode de vie plus durable. »
P1040645_edited.jpg