• Jean-Marc Zulesi

LE BIEN-ÊTRE ANIMAL


Depuis le début de mon mandat, le bien-être animal est l’un des sujets phares de mon engagement.


Mon travail s’appuie sur les associations et refuges de ma circonscription qui sont essentiels pour la mise en œuvre des politiques publiques liées à la lutte contre la maltraitance.


À Rognac, l’association L’Arche De Freyja œuvre pour le sauvetage des animaux de rue et pour leur adoption. Grâce à la mobilisation de ces bénévoles environ 300 sauvetages et 250 adoptions sont permises chaque année.


À Salon-de-Provence, la SPA effectue un travail formidable pour accueillir et prodiguer des soins aux animaux recueillis. Dans le cadre de la préparation de la proposition de loi visant à renforcer la lutte contre la maltraitante animale, nous avons travaillé ensemble afin de porter leurs arguments dans l'hémicycle.


Ainsi, ensemble nous avançons dans la lutte contre l’abandon des animaux de compagnie.


Fort des échanges avec les associations de notre circonscription et des propositions formulées suite à de nombreuses visites de terrain, le 21 juillet, le ministère de l’Agriculture a présenté un plan pour lutter contre l’abandon des animaux de compagnie.


Un plan d’actions qui se décline en 3 volets.


Sensibiliser

  • mettre en place un certificat de sensibilisation pour toute adoption ou acquisition

  • sensibiliser au bien-être des animaux de compagnie dès l’école élémentaire

  • interdire la vente de chiens ou des chats dans les véhicules ambulants

  • engager les plateformes Internet dans l’encadrement des ventes en ligne


Organiser et accompagner : dans le cadre de France avec une enveloppe de 20 millions d’euros


  • investir dans les infrastructures des refuges et associations

  • contribuer au financement des campagnes de stérilisation des animaux errants

  • faciliter l’accès aux soins vétérinaires pour les plus démunis

  • créer un observatoire de la protection animale des carnivores domestiques


Sanctionner

  • renforcer les sanctions contre la maltraitance animale avec une sanction qui pourrait atteindre trois ans d’emprisonnement et l’interdiction de posséder un animal de compagnie

  • étendre l’habilitation aux contrôles d’identification aux gardes champêtres et policiers municipaux


La lutte contre les abandons est une priorité. Il est important d’accompagner les structures associatives dédiées en luttant contre les adoptions, les achats impulsifs et en renforçant les mesures dissuasives.



P1040645_edited.jpg