top of page
  • Jean-Marc Zulesi

LE PROJET DE LOI D'ORIENTATION AGRICOLE ADOPTÉ À L'ASSEMBLÉE !



 

Le Projet de loi d'orientation pour la souveraineté agricole et le renouvellement des générations en agriculture entend apporter des réponses à la crise que traverse le monde agricole et vise à préserver la souveraineté agricole et alimentaire du pays. Il a pour objectif d'accompagner notre agriculture pour lui permettre de relever les défis du renouvellement des générations, du changement climatique, et de la crise environnementale, tout en simplifiant et en sécurisant l'activité agricole. Le 28 mai, le texte a été adopté à l'Assemblée nationale en intégrant les modifications que j'ai souhaité y apporter !



En tant que député de la 8ème circonscription des Bouches-du-Rhône et Président de la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire, je me suis saisi du projet de loi et j’ai déposé plusieurs amendements pour en améliorer son contenu. 


Convaincu de la nécessité de mieux valoriser les pollinisateurs, indispensables à la production alimentaire, j’ai notamment souhaité intégrer la valorisation de l'apiculture. Ainsi, j'ai déposé un amendement visant à intégrer l’apiculture dans les cultures considérées d’intérêt national majeur. Cette reconnaissance, que je porte depuis le début de l'examen du texte en commission, permet de consacrer le rôle primordial des pollinisateurs, un sujet au cœur de mon engagement depuis 2017, qui fait écho aux nombreux échanges que j’ai eus avec les apiculteurs de ma circonscription. 

L’intégration de l’apiculture comme intérêt général majeur au sein du Projet de loi d’orientation agricole est donc une avancée essentielle ! C'est le résultat du travail que j'ai accompli tout au long de l'examen de ce texte pour mettre en valeur l'importance de l'apiculture au sein de notre biodiversité et pour l'agriculture de demain.


D’autre part, j'ai proposé une modification du texte visant à valoriser les modes de production permettant la captation et le stockage du carbone, comme les prairies et les haies, en les intégrant dans les priorités des politiques publiques agricoles. Cela permettra d'encourager et de développer, notamment, la mise en place de prairie sur les terrains agricoles. Cette disposition répond ainsi à un double objectif : stopper de manière naturelle la propagation des maladies, mais aussi permettre de mieux stocker le carbone dans les sols. 


Nous pouvons être fiers de ces premières victoires ! La prochaine étape, c’est le vote du texte au Sénat. Je continuerai bien sûr à travailler sur le sujet, et je poursuis mon engagement pour une transition écologique et une agriculture plus durable !

Comments


P1040645_edited.jpg
bottom of page