• Jean-Marc Zulesi

LA CONVENTION CITOYENNE POUR LE CLIMAT : UN EXERCICE DÉMOCRATIQUE INÉDIT !


Après huit mois de travail assidu, les citoyens tirés au sort, dans le cadre de la Convention Citoyenne pour le Climat ont rendu un panel de 149 propositions au Président de la République Emmanuel MACRON.


Je salue avec force ce dispositif novateur et inédit dans l’histoire de la Vème République. La démocratie participative doit toujours être encouragée, c’est pourquoi d’autres conventions citoyennes seront mises en place à l’avenir, sur d’autres thématiques.


Créer plus de justice sociale, placer l’écologie au cœur du modèle économique

L’objectif de cette Convention était de définir une série de mesures permettant d’atteindre une diminution d’au moins 40% des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 (par rapport à 1990), dans un esprit de justice sociale.


La transition écologique est l’affaire de tous, impliquer les citoyens dans la prise de décision sur cette thématique, c’est leur donner plus de pouvoir dans la définition du bien commun.

« La convention citoyenne pour le climat a permis de mettre en exergue l’importance de la démocratie participative. Il est maintenant de notre devoir de transformer le travail engagé par les citoyens »

Que vont devenir les propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat ?

Les propositions formulées pour plus de justice sociale seront toutes reprises : chèques alimentaires, accélération de la promotion de l'agro-écologie, meilleur accès à des véhicules propres notamment pour nos concitoyens les plus modestes, réduction des passoires thermiques...


La pratique de la démocratie participative ne doit pas s’arrêter aux portes de la Convention, c’est pourquoi deux référendums ont été annoncés pour soumettre les propositions charnières au peuple français :

  • Un référendum, d'ici à 2021, portant sur l'introduction des termes de "biodiversité, d’environnement et de lutte contre le réchauffement climatique" dans l’article 1er de la Constitution.

  • La possibilité de conduire, dès 2021, un référendum reprenant les propositions de la convention citoyenne.

Certaines propositions n’ont pas été retenues par le Président de la République, Emmanuel MACRON :

  • Le débat sur la proposition visant à limiter la vitesse sur les autoroutes à 110 km/h n’est pas à l’ordre du jour car la transition écologique ne doit pas se faire au détriment des territoires les plus enclavés.

  • La réécriture du préambule de la Constitution visant à placer la préservation de l'environnement au dessus de nos autres valeurs fondamentales a été rejetée : la transition écologique ne peut se faire au détriment de nos droits et libertés fondamentales.

En tant que parlementaire investi sur les problématiques environnementales, je soutiens les dispositifs annoncés et réitère mon engagement indéfectible pour une transition écologique, sociale et citoyenne.


Consultez les propositions