• Jean-Marc Zulesi

M. HULOT "PRÊT À DÉBATTRE DE LA RÉHABILITATION DE L’ÉTANG DE BERRE"


"Le renouveau écologique de l'étang de Berre permettrait le retour d’une biodiversité riche, mais aussi la création de milliers d’emplois dans les secteurs du tourisme et de la pêche, à l’heure où l’industrie décline sur notre territoire." Par ces mots, et parce que la réhabilitation de cette pépite des Bouches-du-Rhône est au cœur de mes préoccupations, j'ai interrogé M. Nicolas HULOT, Ministre de la Transition Écologique et Solidaire, lors de la séance des Questions Au Gouvernement de ce mardi 10 octobre.


Pendant des décennies, l'étang de Berre a malheureusement été victime de rejets conséquents de produits chimiques industriels, d’apports massifs d’eau douce provenant du canal de la Durance et de dégradations dues à une urbanisation galopante. Aujourd’hui, les associations, les élus et les habitants aspirent unanimement à la réhabilitation de cet étang.


Pour réaliser cet objectif, il y a une solution : saliniser une eau devenue trop douce. Et il y a un moyen : remettre en eau le tunnel du Rove, qui reliait l’étang à la Méditerranée mais qui est aujourd’hui fermé. En avril dernier, un rapport commandé par le Ministère de l’Écologie avait jugé « possible », la mise en place d’un débit de 10 mètres cubes par seconde, grâce à un percement dans ce tunnel.


J'ai donc demandé à M. Nicolas Hulot, quelles étaient ses perspectives d'action pour la réhabilitation de l'étang de Berre.


"Un cri d'espoir de votre territoire"


"Je tiens à vous rassurer : il n’y a pas une journée sans laquelle convergent vers moi ce cri d’espoir et cette attente partagée dans votre territoire. […] L’objectif est bien de dépolluer rapidement cet étang", a répondu le ministre de la Transition écologique et solidaire.


"Suite à l’expertise que vous avez évoquée, nous avons quelques interrogations sur la méthode proposée. En effet, l’utilisation du canal du Rove […] est, en plus de son coût très important puisqu’il est estimé à 25 millions d’euros, très incertaine quant à ses résultats", a-t-il relevé.


M. Nicolas Hulot a conclu : "Il nous paraît donc nécessaire d’en débattre immédiatement avec les partenaires locaux. Le ministère est prêt avec vous, sans tarder, à réfléchir sur les solutions pour l’étang de Berre."