• Jean-Marc Zulesi

PROPOSITION DE LOI VISANT À DONNER LE DROIT À UNE FIN DE VIE LIBRE ET CHOISIE


Jeudi 8 avril, une proposition de loi visant à donner le droit à une fin de vie libre et choisie été présentée à l’Assemblée nationale.


Ce sujet mérite un débat à la hauteur de son importance. Cependant, quelques députés Les Républicains ont bloqué la procédure législative en déposant massivement des amendements afin que le vote n'ait pas le temps de se faire.


Concrètement, cette proposition de loi vise à autoriser un accompagnement encadré à la fin de vie dans le cas où une personne se trouve en phase avancée ou terminale d'une affection grave et incurable, qui lui inflige une souffrance qui ne peut être apaisée.


Ainsi, l'encadrement prévu par le texte est le suivant :

« Toute personne capable majeure, en phase avancée ou terminale d’une affection grave et incurable, quelle qu’en soit la cause, lui infligeant une souffrance physique ou psychique qui ne peut être apaisée ou qu’elle juge insupportable, peut demander à disposer, dans les conditions prévues au présent titre, d’une assistance médicalisée permettant, par une aide active, une mort rapide et sans douleur. »


Respecter la dignité humaine c’est aussi accepter la décision de partir, c’est pourquoi il me semble important d’encadrer et de créer un nouveau droit, celui de choisir sa fin de vie quand la souffrance est insupportable.


Aujourd’hui, je regrette le choix de certains députés d'empêcher le débat plutôt que de l’enrichir.


Députés de tous bords politiques, nous souhaitons débattre de façon digne et apaisée sur ce sujet attendu par nos concitoyens.

Consultez la tribune