• Jean-Marc Zulesi

QUATRIÈME CONSEIL DE DÉFENSE ÉCOLOGIQUE : LES PRIORITÉS POUR LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE


Depuis sa création en mai 2019, le Conseil de défense écologique incarne l’ambition de mener une politique écologique massive et concrète. Lors de ce quatrième conseil, des mesures visant à accélérer l'action gouvernementale en faveur de la transition écologique ont été annoncées.

La nécessité d’une transition écologique n’est plus à démontrer, les catastrophes naturelles nous rappellent sans cesse l’urgence à agir ! Nous devons accélérer notre action pour permettre à notre société de s’adapter aux conséquences irréversibles du dérèglement climatique tout en agissant pour le limiter au maximum.

Ainsi, trois axes ont été abordés lors du conseil de ce mois-ci :


Montrer l’exemple


Le Plan Services Publics Écoresponsables a pour ambition d’accélérer la transition écologique des services publics dans leur fonctionnement et leurs missions. C’est ainsi 20 mesures concrètes qui ont été établies pour des services publics écoresponsables. Elles concernent :

  • la mobilité durable des agents,

  • la suppression du plastique à usage unique,

  • une politique d’achat zéro-déforestation,

  • une alimentation plus respectueuse de l’environnement,

  • la réduction de la consommation d’énergie dans les bâtiments publics,

  • la suppression des produits phytopharmaceutiques,

  • l’économie circulaire et la maîtrise de l’empreinte carbone du numérique.

Les mesures seront déployées en 2020 et une communauté d’agents engagés se constituera progressivement pour échanger les bonnes pratiques, trouver des solutions aux enjeux qui se poseront et favoriser l’émergence d’initiatives locales dans tous les services publics.

Pour en savoir plus


Fermeture des centrales à charbon : réaffirmation de l'objectif de fermeture des quatre dernières centrales à charbon de l’Hexagone.

Le premier site à fermer sera celui du Havre, opérée par EDF : il devrait cesser son activité au 1er avril 2021. Le second site concerné est la centrale de Saint-Avold avant la fin de l'année 2022.


Préparer l'avenir


Faire face au recul du trait de côte en adaptant les règles de construction à court et long terme pour limiter l'érosion et en informant les citoyens lorsqu'ils décident de s'installer dans ces zones. 20 % de notre façade maritime est concernée. En Vendée ou dans la Somme, le littoral recule de 0,5 à 1,5 mètres par an. D’ici la fin du siècle, près de 50 000 logements pourraient être menacés.

  • Acquérir une information fiable de l’évolution du trait de côte sur le littoral métropolitain et ultra-marin.

  • Informer les habitants sur le recul trait de côte grâce à des cartographies.

  • Favoriser une approche intégrée des solutions de réduction de la vulnérabilité des territoires.

  • Interdire la construction dans les zones exposées à court terme.

  • Promouvoir des solutions fondées sur la nature et innover grâce aux idées des territoires.

Pour en savoir plus


Prendre des mesures de protection face aux inondations grâce au renforcement des programmes d'action et de prévention des inondations, mais aussi à l'accompagnement de 9 sites dans la réduction de leur exposition au risque d’inondation.

  • Diviser par 2 l'élaboration programmes d’action pour la prévention des inondations (PAPI)

  • Accélérer leur mise en œuvre pour protéger plus rapidement les populations et améliorer la résilience des territoires

  • Construire des espaces plus résilients

Pour en savoir plus


Protéger la biodiversité

Stratégie nationale pour les aires protégées : nouvelle stratégie qui rassemblera l’ensemble des aires protégées (terrestres et marines) en métropole et outre-mer, de façon à mieux les intégrer dans les politiques nationales menées en matière de biodiversité.


D’ici 2022, 30 % de notre territoire sera sous le statut d’aire protégée, sur terre comme en mer, soit près de près de 700 000 ha. Et 10 % sera placé sous protection forte. C’est une nouvelle place laissée à la nature, au quotidien.

Pour en savoir plus


Une protection inédite du Mont-Blanc effective pour la saison 2021 via un arrêté de protection des habitats naturels qui concernera les voies d'accès et le sommet.