• Jean-Marc Zulesi

RASSEMBLEMENT CITOYEN : LES RÉPONSES À VOS QUESTIONS


Le 14 octobre à Grans, vous êtes près de 130 citoyens de la 8ème circonscription des Bouches-du-Rhône à avoir participé à mon grand rassemblement citoyen. Je vous remercie de votre présence.

Avant l'événement, je vous avais proposé de me faire parvenir vos questions via un "Typeform". Certaines de ces interrogations ont pu être levées quand la parole a été donnée à la salle, d'autres n'ont pas eu le temps d'être posées. Je tiens à vous apporter des réponses.

DANS LA CIRCONSCRIPTION

Quelle est l'action prioritaire pour la circonscription ?

J'ai eu l'occasion de donner des éléments de réponse à cette question lors de mon discours. Les dossiers majeurs sur lesquels je m'implique sont la réhabilitation de l'étang de Berre, la revitalisation du site industriel de LyondellBasell, la réalisation du nouvel établissement de santé de Salon-de-Provence, l'amélioration de la circulation et la couverture du territoire en très haut débit.

Quelles actions pensez-vous mener pour redynamiser le tissu entrepreneurial de notre circonscription ?

Au niveau national, la politique économique menée vise à restaurer la confiance et à libérer les énergies : la réforme du Code du travail et du dialogue social donne plus de liberté et plus de lisibilité aux TPE et PME, l'impôt sur les sociétés passera de 33% à 25% dans le quinquennat... Au niveau local, l'amélioration de la circulation et le déploiement du très haut débit donneraient des conditions plus favorables à la prospérité des entreprises ; la réhabilitation de l'étang de Berre et la revitalisation de LyondellBasell seraient créatrices d'activité et d'emplois.

Que pensez-vous de la Métropole ?

Les collectivités locales sont plus fortes ensemble. Mais je suis pour une Métropole de projet dans laquelle toutes les communes ont une place. Il y a un besoin de mutualisation de compétences et de services. C'est le cas, par exemple, dans les déplacements : le fait d'être en Métropole a récemment permis de créer un "pass transports" unique sur un vaste territoire. Il s'agit d'une vraie avancée pour le confort des usagers.


ÉCONOMIE - EMPLOI


Ces 15 dernières années, nous avons détruit une grande partie de notre indépendance industrielle. Comment allons-nous concilier "réindustrialisation" et écologie ?

La transition écologique est autant une priorité qu'une opportunité. Dans le Grand Plan d'Investissement (GPI) quinquennal annoncé, 20 milliards d'euros seront investis dans cette mutation économique et environnementale d'ici à 2022.


Comme je le disais précédemment, la politique économique qui est engagée vise à libérer les énergies, à récompenser le risque et, au fond, à encourager l'innovation. Ces ruptures technologiques doivent permettre de construire une prospérité plus durable, soutenable par la planète.


Je pense qu'il ne faut pas opposer l'industrie et l'écologie. Par exemple, dans le cadre de sa revitalisation, la friche de LyondellBasell pourrait accueillir une usine de production d'énergie non polluante. Ce serait une belle illustration de la transition écologique.


Le feuillet jaune présenté à la télévision par le Premier Ministre sera-t-il disponible pour les Français ?

Il s'agit du Livret du pouvoir d'achat. Vous pouvez le consulter sur le site du ministère de l'Économie à cette adresse.


Je profite de votre question pour rappeler l'engagement fort du Gouvernement en faveur du pouvoir d'achat des Français. Je ne citerai qu'un seul chiffre : les choix budgétaires - augmentation de la prime d'activité et baisse des cotisations sociales - permettront à une personne payée au SMIC de bénéficier d'un 13ème mois d'ici à la fin du quinquennat.








Que va faire le Gouvernement pour que ça vaille le coup financièrement de travailler plutôt que d'être au chômage ?

Le Président de la République a été clair : "Ma seule boussole, c'est le travail. Protéger ceux qui en sont éloignés, mieux le rémunérer et permettre la réussite par le travail."

Cette philosophie se traduit en actes. Dès 2018, les cotisations "chômage" et "maladie" payées par les salariés seront supprimées. À partir d'octobre 2018, la prime d'activité sera revalorisée tous les ans de 20 euros, ce qui signifie que son augmentation sera de 80 euros à la fin du quinquennat.


IMPÔTS


Le pouvoir d'achat des retraités va-t-il être pénalisé par la hausse de la CSG ?

La Contribution Sociale Généralisée (CSG) augmentera de 1,7 point au 1er janvier 2018. Cette hausse permettra de financer la baisse des cotisations sociales qui vise à rendre du pouvoir d'achat aux salariés. Elle sera compensée par la suppression progressive de la taxe d'habitation : pour 80 % des Français, cette taxe baissera d'un tiers en 2018, d'un autre tiers en 2019 et du dernier tiers en 2020. Auront droit à cette exonération : les célibataires qui gagnent jusqu'à 2 500 euros par mois (revenu imposable), les couples jusqu'à 3 980 euros par mois, les couples avec 1 enfant jusqu'à 4 535 euros par mois...

J'en viens au cas spécifique des retraités. Selon un excellent rapport du député Joël GIRAUD, sur les 14 millions de personnes à la retraite, seules 2,5 millions (soit 18 %) n'auront pas de compensation de la hausse de la CSG parce que leurs revenus dépasseront les seuils permettant d'avoir accès à l'exonération de taxe d'habitation. Il s'agit des retraités dont les revenus sont supérieurs à 27 000 euros pour les célibataires et à 43 000 euros par an pour les couples.


ÉDUCATION


Quid de l'éducation et de la réussite éducative ?

Un seul chiffre : 1 élève sur 5 sort de l'école primaire sans savoir lire, écrire ou compter. C'est la première des injustices ! Et elle est insupportable : la République ne peut laisser ces enfants sur le bord du chemin.

Partant de ce constat, la priorité est mise par le Ministère de l'Éducation Nationale sur l'école primaire et sur les apprentissages de base. Et un effort supplémentaire est réalisé dans les Zones d'Éducation Prioritaire Renforcée : 2 200 classes de CP ont été dédoublées dès cette rentrée scolaire 2017, pour qu'un instituteur n'enseigne qu'à 12 élèves en même temps.

En plus de l'apprentissage des savoirs fondamentaux, nous devons penser à une éducation à la citoyenneté. Les élèves de l'école de la République sont les citoyens de demain. Dans la circonscription, je veux mettre en place des partenariats "jeunes-Assemblée". L'idée est de permettre aux enfants de visiter le Palais Bourbon qui est aussi leur maison. Des élèves de deux établissements scolaires, de Saint-Chamas et de Salon-de-Provence, ont déjà découvert l'Assemblée Nationale.


CONTRATS AIDÉS

Quelles options avez-vous défendu lors des discussions internes à LREM concernant les contrats aidés ?

Je considère que les discussions internes, comme leur nom l'indique, doivent rester "internes". C'est une question de confiance entre les élus du groupe de La République En Marche à l'Assemblée Nationale. Cela étant dit, je n'ai rien à cacher et je ne cache rien aux citoyens de la 8ème circonscription des Bouches-du-Rhône, qui ont légitimement le droit de connaître la position de leur Député sur les contrats aidés. J'ai d'ailleurs signé une tribune sur ce sujet, qui a été publiée sur le Huffington Post.

Tout d'abord, je veux rappeler que leur diminution pour 2017-2018 a été votée par l'ancienne majorité parlementaire. Pour cette année, 280 000 contrats aidés avaient été budgétés ; nous avons décidé de porter leur nombre à 320 000. L'année prochaine, il y aura 200 000 contrats aidés.


Je reconnais que la méthode a pu paraître brutale et que ce dispositif peut être utile, notamment pour le milieu associatif qui est au cœur de la vie de la société. C'est pourquoi nous avons fixé quatre priorités : l'urgence sanitaire et sociale, l'accompagnement du handicap, l'outre-mer et les communes rurales.


Mais il faut avoir le courage de le dire : les contrats aidés ne constituent pas une politique de l'emploi durable. Bien souvent, trop souvent, ils maintiennent les personnes les plus démunies et/ou les moins qualifiées dans la précarité et les bas salaires. Pour elles, la solution est une formation individualisée et qualifiante. D'ici à la fin du quinquennat, 15 milliards d'euros seront investis pour leur apporter des compétences.


ENVIRONNEMENT - TRANSPORTS


Que faire pour améliorer les transports publics et développer les pistes cyclables ?

Ces sujets sont de la compétence de la Métropole et du Département des Bouches-du-Rhône. Cela dit, il est évident que l'avenir des transports passe par des trajets plus collectifs, des usages plus collaboratifs et des véhicules alternatifs.


Aujourd'hui en France, le vélo n'est utilisé que par 2 % des actifs. Ce n'est pas satisfaisant. Le changement des mentalités et le développement de ce mode de transport doux passent, bien sûr, par l'aménagement de pistes cyclables.


Je profite de cette question pour indiquer qu'actuellement, je préside les Ateliers de l'innovation qui se déroulent dans le cadre des Assises de la mobilité. Ma mission, qui m'a été confiée par Élisabeth Borne, Ministre des Transports, c'est d'identifier les transports de demain ! Cela passe par de l'innovation par la technique, dans les usages et selon les territoires. Ce temps de la réflexion sera suivie de l'action : des préconisations feront l'objet d'expérimentation en France. Peut-être que la 8ème circonscription des Bouches-du-Rhône pourra tester l'une de ces solutions de mobilité innovantes...


CITOYENNETÉ

Comment faites-vous pour être la courroie de transmission entre les citoyens et l'Assemblée Nationale ?

Je suis très souvent sur le terrain et je tiens régulièrement des permanences. Je rencontre des élus, des chefs d'entreprise, des militants associatifs ou encore des citoyens. Ces personnes m'interpellent, me parlent de leurs attentes. Leurs témoignages viennent enrichir ma vision des réformes et mon travail à l'Assemblée Nationale.

Tous les comités En Marche ! de la circonscription, qui sont nombreux et dynamiques, sont des relais de cette réalité du terrain. Ils organisent fréquemment des ateliers thématiques qui débouchent sur des propositions concrètes. C'est le cas, par exemple, pour les États généraux de l'alimentation.

Enfin, je peux être contacté via mon site, ma page Facebook ou par mail l'adresse suivante : jean-marc.zulesi@assemblee-nationale.fr. Et mon équipe parlementaire reçoit à ma permanence qui est située au 48, rue des Frères Kennedy, à Salon-de-Provence.


Quelles actions envers les citoyens pendant cette mandature ?

Ces dernières années, le lien entre les citoyens et leurs élus s'est distendu. La priorité, c'est de rétablir la confiance. Dès le début du quinquennat, j'ai voté la grande loi longtemps dite "de moralisation" de la vie publique. Ce texte est un nouveau socle de valeurs et de pratiques sur lequel les relations entre les citoyens et leurs représentants pourront s'appuyer.

C'était nécessaire, mais ce n'est pas suffisant. Pour restaurer la confiance, les nouveaux Députés dont je fais partie devront être davantage à l'écoute des habitants de leur circonscription. Je m'applique à le mettre en exercice depuis le début de mon mandat.

Enfin, à l'Assemblée Nationale, j'ai porté deux ordonnances visant à réformer le dialogue environnemental. Ce texte n'a pas été très "médiatisé" ; pourtant, il apporte des droits nouveaux à tous les citoyens. Ils pourront mieux faire entendre leurs voix dans le cadre de projets d'infrastructures étant susceptibles de modifier l'environnement.

HANDICAP


Quelles mesures pour les personnes handicapées ?

Chose promise, chose due : le candidat Emmanuel MACRON avait promis d'augmenter l'Allocation Adulte Handicapé (AAH) de 100 euros au cours de son quinquennat. Cet engagement sera tenu : au 1er novembre 2018, l'AAH passera de 800 à 860 euros ; au 1er novembre 2019, son montant sera porté à 900 euros. Cette revalorisation doit permettre de lutter contre la pauvreté subie par ces personnes du fait de leur handicap.

Dans les écoles, de nombreux enfants handicapés sont accompagnés par des agents en contrat aidé. Ces contrats seront maintenus car le handicap a été défini comme une priorité.

Nous devons également progresser dans l'insertion des personnes handicapées dans l'emploi, dans leur accès au logement, aux bâtiments et aux transports...


QUESTIONS DIVERSES


Quelle est votre position sur la GPA ?

Le Président de la République a été clair : la légalisation de la Gestation Pour Autrui (GPA) ne se fera pas dans son quinquennat. Je suis en phase avec cette position.


Quel est votre point de vue sur Notre-Dame-des-Landes ?

La consultation qui avait été menée en 2016 a donné un avis favorable à la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Une médiation est en cours. Je pense que le dialogue reste la meilleure solution.

C'est le cas dans tous les projets d'infrastructures qui sont susceptibles d'avoir un impact sur l'environnement. C'est pourquoi le Gouvernement entend transformer le dialogue environnemental. En la matière, à l'Assemblée Nationale, j'ai porté deux ordonnances qui donnent des droits nouveaux. Elles prévoient (sous conditions) que les citoyens, des associations ou des collectivités locales puissent demander une concertation préalable sur des projets d'au moins 5 millions d'euros.