• Jean-Marc Zulesi

VALORISATION DES TRUFFES DE PROVENCE



 

Lors de l'Assemblée Générale de la fédération régionale des trufficulteurs, j’échangeais avec les professionnels de la région sur la protection de la truffe.


La truffe est un produit très prisé dont la production mérite d'être davantage valorisée et protégée. Ainsi, la fédération souhaite la mise en place d'une appellation IGP (Indication géographique protégée) “Truffes de Provence” pour préserver la production.


En effet, avec le marché de la truffe qui s’internationalise, les diamants noirs de Provence sont soumis à une rude concurrence, à la fois intra et extra européenne.


Avec des modes de production moins encadrés que dans le territoire national, par l’usage du glyphosate ou d’arômes artificiels, des pays comme la Chine ou l’Espagne concurrencent nos produits du terroir avec des prix inférieurs à ceux du marché français.


Par ailleurs, il est aisé de se méprendre entre une truffe authentique et une truffe enrichie en arômes de substitution pour pallier le déficit gustatif. À cela s’ajoute une nomination floue voire une absence de mention d’ajouts d’éléments de synthèse. Ce manque de transparence s’applique alors aux dépens du consommateur, de fait mal informé sur la qualité de sa consommation.


De cette manière, l’appellation IGP garantirait, légitimerait et valoriserait la qualité du produit en plus de protéger les intérêts des consommateurs et de réguler la concurrence déloyale. Reconnu comme produit d’exception, il semblerait alors nécessaire d’encadrer ce savoir-faire culinaire et culturel à l’aide d’une réglementation et d’une reconnaissance officielle.


C'est pourquoi, dans la continuité de mes travaux pour assurer la souveraineté alimentaire française, j'ai souhaité appuyé la demande d'IGP émise par la fédération.


La préservation de notre patrimoine agricole est indispensable pour assurer la souveraineté alimentaire française.

 

P1040645_edited.jpg