• Jean-Marc Zulesi

VISITE DU CENTRE DE SAUVEGARDE DE LA FAUNE SAUVAGE


Ce vendredi 18 octobre, je me suis rendu au centre de sauvegarde de la faune sauvage de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA) pour échanger avec les équipes et bénévoles de la LPO PACA sur les difficultés rencontrées. Ce centre assure des missions de conservation de la biodiversité. Il accueille la faune sauvage en détresse, prodigue les soins nécessaires et se préoccupe de la préservation de certaines espèces en danger.


« Ces centres sont un maillon essentiel dans la conservation de notre biodiversité, ils sont les garants de la préservation d’une faune sauvage de plus en plus menacée et leur activité en constante augmentation souligne leur importance. »

Le centre de Buoux, dont le fonctionnement repose essentiellement sur les dons privés, a beaucoup souffert de la crise sanitaire. Durant le confinement, les dons privés ont drastiquement diminué. De plus, ce centre, qui accueille habituellement mille cinq-cents animaux par an, avait déjà accueilli mille huit-cents animaux au mois d’août, provoquant une augmentation considérable des dépenses en nourritures et médicaments.


En 2019, le centre de Buoux se trouvait déjà dans une situation financière difficile. J’avais ainsi alerté le Ministre sur la situation et l'État avait alors attribué une subvention de 30 000€ au centre. Cette année, c’est la crise sanitaire qui met à mal les financements du centre. Il apparaît indispensable que ces établissements bénéficient d'un système de financement plus pérenne et durable.

C’est la raison pour laquelle j'ai alerté la Ministre de la Transition Écologique sur le sujet par l’envoi d’un courrier et la rédaction d’une question écrite afin que le centre puisse bénéficier d’une aide financière.


L’activité de ces centre est essentielle et, s’il ne sont pas ouverts au public comme les parcs zoologiques, ils ne contribuent pas moins à la préservation de la faune sauvage et de la biodiversité. J’ai donc souhaité alerter la Ministre sur le sujet afin que les centre de sauvegarde puisse avoir droit à l’aide gouvernementale au même titre que les parcs zoologiques, les cirques et les refuges.